12 mars 2014

Lecture(s) et digressions





Je profite de cet après-midi de "tempête" pour bouquiner et griffonner. Le vent souffle et la neige virevolte furieusement. Je suis heureuse d'être au chaud chez moi en compagnie de mes livres. Fidèle à mes habitudes de lectures désordonnées, je butine par-ci par-là. Le désordre est plus important encore depuis que j'ai reçu une liseuse la semaine dernière. D'abord, la chasse aux livres électroniques sur internet, les gratuits et ceux qui sont offerts en prêts temporaires par les bibliothèques. Le choix est immense, mon appétit aussi. Mais, il n'y a que 24 heures dans une journée... Je n'étais à priori pas particulièrement intéressée par la liseuse, j'aime les livres en tant qu'objet, c'est un tout. La vue, le toucher, le bruit des pages qui tournent, l'odeur du papier. Toutes ces choses me plaisent. J'ai cependant découvert quelques avantages de la lecture sur liseuse. Il m'arrive de lire en italien, mon vocabulaire étant limité, je me heurte souvent à des mots dont j'ignore le sens et le fait de devoir poser le livre régulièrement pour consulter le dictionnaire, surtout si je lis au lit, est laborieux et coupe le plaisir de la lecture. Or, avec la liseuse, il me suffit de poser le doigt sur le mot pour qu'apparaisse à quelques secondes la définition. C'est pratique et appréciable. Même en lisant À Rebours de Huysmans, cela m'est très utile.


Hier soir, j'ai décidé de m'aventurer dans le journal de Virginia Woolf, le Journal d'un écrivain, version papier. Il y a longtemps que je souhaitais lire ce livre. J'ai toujours aimé les textes qui portaient sur la création et sur la sphère intime (journaux, carnets, correspondance...). Je reviendrai certainement sur cette lecture dans les semaines à venir. Cet après-midi, j'ai repris le livre d'Alberto Manguel: La Bibliothèque, la nuit, paru en 2006. Déjà le titre me faisait rêver et travaillant moi-même dans une bibliothèque, ça me parlait. D'ailleurs à ce sujet, il m'est déjà arrivé de passer une nuit entière dans une bibliothèque et d'y dormir. C'était en janvier 1998 durant ce qu'on a appelé ici "la crise du verglas". Nous n'avions plus d'électricité depuis plusieurs jours et la maison était glacée. Travaillant à la bibliothèque, ma patronne m'avait proposé de dormir sur place puisqu'il y avait du courant et du chauffage. C'est ainsi que j'ai pu réaliser un de mes fantasmes secrets!
Mais revenons à Manguel. J'aime ses essais qui mêlent toujours une certaine érudition au récit personnel. Cet homme a eu une vie fascinante. Faudra que je revienne sur son histoire un jour et que je vous propose d'autres titres intéressants.

Voici quelques citations extraites du livre lu cet après-midi. "Les bibliothèques, la mienne ou celles que j'ai partagées avec un large public de lecteurs, m'ont toujours paru des lieux d'une agréable folie et, si loin que remonte ma mémoire, elles m'ont séduit par leur logique labyrinthique, qui suggère que la raison (sinon l'art) règne sur une cacophonie de livres." p.16

"Jour ou nuit, ma bibliothèque est un royaume privé". p.29

Le premier chapitre intitulé "un mythe" se penche sur deux symboles mythiques: la tour de Babel et la bibliothèque d'Alexandrie. Le second, sur la question de l'ordre (vaste question!). Il y a bien sûr le rangement des bibliothèques publiques, avec leur classement inventé par M. Dewey, ou celui de la LCC et il y en a probablement de nouveaux que je ne connais pas encore et puis il y a le classement de nos bibliothèques personnelles. Comment organise-t-on nos livres? Tous dans la même pièce, ou au contraire partout dans toutes les pièces, selon un classement précis ou dans un capharnaüm indescriptible?


 Librairie Acqua-Alta à Venise



En ce qui me concerne, la question du classement se pose à chaque déménagements. Faire, défaire, refaire les bibliothèques. Le cauchemar pour les déménageurs qui ont dû transporter ces dizaines de boîtes plutôt lourdes, quatre fois depuis 1999. Maintenant que nous avons acheté notre maison, je ne crois pas qu'on redéménage avant longtemps. Cependant, je ne suis pas parvenue à bien organiser tous nos livres depuis ce dernier. Ils sont certes rangés dans des bibliothèques, mais sans ordre réel. On en trouve dans le salon, dans la chambre, au sous-sol et dans mon bureau, seul endroit où je les ai à peu près classés.

Parlant de classements, voici les catégories imaginées par Georges Perec. Il en énumère une douzaine dont aucune ne lui semblait satisfaisantes:

- alphabétique
- par continents ou pays
- couleurs
- par dates d'acquisition
- par dates de publication
- par formats
- par genres
- par époques littéraires
- par langues
- en fonction de nos priorités de lecture
- par collection

"Été 2003. Pendant plusieurs semaines, j'ai déballé les centaines de cartons qui, jusqu'alors, avaient occupé la totalité du salon, je les ai transporté dans la bibliothèque et je suis resté planté, ahuri, entre les colonnes de livres vacillantes qui semblaient combiner l'ambition verticale de Babel avec l'avidité d'Alexandrie. Presque trois mois durant, j'ai passé ces colonnes au crible en m'efforçant d'établir un ordre quelconque." p.48-49

Il faut préciser que la bibliothèque de Manguel contient plus de 30000 livres! C'est d'ailleurs l'organisation de cette bibliothèque qui fut le point de départ de cet ouvrage.

Pour lire un entretien avec Manguel:
http://pdf.actualite-poitou-charentes.info/066/actu66oct2004_26-29.pdf

Et vous, comment avez-vous organisé vos bibliothèques?
à suivre...

4 commentaires:

  1. J'ai des livres un peu partout dans la maison, mais davantage dans la bibliothèque de mon salon, puisque c'est là que je m'installe pour lire. L'ordre ne règne pas vraiment. J'avais commencé un rangement par ordre alphabétique pour les romans; j'ai regroupé certains livres d'art dans mon atelier, mais pas tous; j'ai des étagères consacrées à mes auteurs préférés; les livres à découvrir s'entassent en piles instables; lorsque j'ai plusieurs livres du même auteur, j'en laisse un en première rangée et j'installe les autres derrière ou horizontalement, sur le dessus, afin de tenter - en vain - de gagner un peu de place; les poèmes sont à part; les ouvrages précieux (livres écrits et reliés hors commerce, livres anciens) sont enveloppés de tissu ou de papier de soie et rangés dans une armoire. Malgré ce désordre, je connais le contenu de ma bibliothèque et j'y trouve facilement les ouvrages. Je pense que l'organisation dépend de la place dont on dispose.
    Vous avez passé la nuit dans une bibliothèque? Quelle expérience merveilleuse! Je vous envie!
    Je vous souhaite une douce fin de semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce beau partage Anne. Je crois que les bibliothèques en disent long sur nous. C'est une des premières choses que j'aime explorer lorsque je vais chez des amis ou chez de nouvelles connaissances. Je vous ferai visiter mes bibliothèques dans les semaines à venir. Je vous souhaite un bon dimanche et vous dis à bientôt.

      Supprimer
  2. Ciao Anna Livia, in casa la bibliotecaria è mia moglie. Ogni due/tre mesi cambia di posto ai libri, ma sempre con una certa logica. Solo che per poterli riclassificare li mette tutti lungo la parete della scala che sale al piano superiore. I nostri gatti si divertono un mondo cercando di aprirli, ma, per fortuna non li rompono. Sulla libreria Aqua Alta, farò un post anch'io, ma molto più avanti. Buona serata.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anche io avevo un gatto che piaceva libri : )
      Aspetto il tuo biglietto sulla libreria Aqua Alta con anticipazione!
      Buon weekend Elio,
      Baci

      Supprimer